إعــــــــــــــــــــــــــلام
مرحبا بكم أيّها الأعزّاء، في مدوّنتكم طريق النجاح.

نرجـو أن تُشــرّفـونا بزياراتـكم ومساهمــاتكم ونعلمـكم أننّــا على استعــداد لنشر كـلّ مـا تتكرّمـون به من مساهمـات تفيــد الأستـــاذ والتلميذ معا. ننتــظر أن تمــدّونا بدروسـكم أو امتحاناتكم أو كلّ ما ترونه صالحا للنشر، يستفيد منه دارس الفلسفة في السنوات الثالثة والرابعة من شعبتي الآداب والعلـوم. للمراسلة والطلبـات والاستفسار يُمكنـكم الاتّصـال على العنوان التالي:

بحث في المدونة

الأحد، 7 نوفمبر، 2010

ـ Ordinaire ـ

Raphaël Enthoven reçoit Adèle Van Reeth
L'ordinaire, c'est l'évidence calme du quotidien, ce qui n'accroche pas le regard, ce qui ne demande rien de nous. C'est cette partie de notre vie qui ne nous interpelle pas. C'est précisément pour cela que nous n'y pensons pas. Mais parce qu'il est évident, toujours là, l'ordinaire est-il pour autant transparent et acquis ? Et si le simple fait de prendre la peine de s'y arrêter, de le penser, faisait prendre conscience de son inquiétante étrangeté ? Alors l'ordinaire ne serait pas un donné, mais un but ; non pas une évidence, mais un souhait, plus irréel qu'on ne le pense.
Invitée : Adèle Van Reeth est ancienne élève de l'Ecole normale supérieure, ses travaux universitaires portent sur les relations entre la philosophie et le cinéma. Adèle Van Reeth est collaboratrice spécialisée pour l'émission Les nouveaux chemins de la connaissance sur France Culture depuis Août 2008. Elle a en charge une chronique, « le Journal des Nouveaux chemins », dont le but est d'ancrer l'émission dans l'actualité philosophique. Tous les jours depuis septembre 2009, elle interviewe l'auteur d'un essai de sciences humaines.
Citations: Blaise Pascal dit Pensées qui s'appelle « Divertissement »:« Les hommes n'ayant pu guérir la mort, la misère et l'ignorance, ils se sont avisés, pour se rendre heureux, de n'y point penser. Nonobstant ces misères, il veut être heureux, et ne veut être qu'heureux, et ne peut ne vouloir pas l'être. Mais comment s'y prendra-t-il ? Il faudrait pour bien faire qu'il se rendît immortel. Mais ne le pouvant, il s'est avisé de s'empêcher d'y penser. »
Ralph Waldo Emerson écrit : « Je ne demande pas le grand, le lointain, le romantique, ce qu'on fait en Italie ou dans le monde arabe, ce qu'est l'art grec ou le ménestrel provençal, mais j'embrasse le commun, j'explore et je m'assois au pied du familier, du bas. »
Alain Robbe-Grillet décrit la tomate dans « Les gommes », est-ce qu'il fait ce travail ? Il dit ceci, hein : « La chair périphérique, compacte et homogène, d'un beau rouge de chimie, est régulièrement épaisse, entre une bande de peau luisante, et la loge où sont rangés les pépins, jaune, bien calibrée, maintenue en place par une mince couche de gelée verdâtre le long d'un renflement du cœur. Celui-ci, d'un rose atténué, légèrement granuleux, débute du côté de la dépression inférieure par un faisceau de veines blanches, dont l'une se prolonge jusque vers les pépins d'une façon peut-être un peu incertaine.Tout en haut, un accident à peine visible s'est produit, un coin de pelure décollé de la chair sur un millimètre ou deux, se soulève imperceptiblement. »

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق